« Je suis complexée par l’aspect de ma vulve« 

« Je suis gênée par le port de certains sous-vêtements« 

« Mes petites lèvres sont trop grandes, c’est très moche !« 

Ces phrases entendues en consultation reflètent une situation anatomique : l’hypertrophie des petites lèvres génitales, conséquence d’un développement trop important d’une ou des deux lèvres à la puberté (hypertrophie primaire juvénile) ou après un accouchement ou à la ménopause (hypertrophie secondaire).

Le plus souvent les petites lèvres sont asymétriques avec une lèvre gauche plus développée que la droite.
Je ne pouvais pas porter de string ou de maillot de bain moulant et impossible de faire du vélo ou de l'équitation ! Et j'ose à peine parler de la honte quand je devais me déshabiller devant mon compagnon... Je n'ai pas eu de mycoses mais je sais qu'une amie en avait à cause de l'hypertrophie des petites lèvres.
Aurélie B.
Infirmière

La classification commune des actes médicaux (CCAM) indique les critères de prise en charge : prise en charge en cas de gène importante. Reste à charge les honoraires du chirurgien.

fr_FRFrench
fr_FRFrench