« On me dit que je suis fatiguée !« 

« J’ai les paupières qui tombent« 

« J’ai des poches sous les yeux« 

Ces phrases entendues en consultation reflètent les deux situations anatomiques les plus fréquentes : l’excédent cutané au niveau des paupières supérieures (paupière supérieure lourde et tombante) et l’excédent cutané et/ou les poches au niveau des paupières inférieures (ridules, hernies graisseuses).

Ces anomalies esthétiques sont vues plus fréquemment après 40 ans mais peuvent tout à fait être présentes plus jeune (facteurs héréditaires).
Mes collègues trouvaient que j'avais l'air sans cesse fatiguée ! Et pourtant je me sens reposée et en plaine forme ! C'était devenue difficile de me maquiller et pour mes 50 ans j'ai décidé de me faire opérée. Le chirurgien en a profité pour s'occuper des poches sous les yeux : maintenant j'ai un regard beaucoup plus éclatant !
Julia K.
Comptable

La classification commune des actes médicaux (CCAM) indique les critères de prise en charge : dermatochalasis avec amputation supérieure du champ visuel, asthénopie, blépharoconjonctivite, ou associé à un vrai blépharoptosis, épiblépharon, entropion, ophtalmopathie de Graves et autres maladies métaboliques, blépharochalasis, larmoiement, fracture de l’orbite et après greffe de peau ou reconstruction de la paupière. Seul un ophtalmologue peut diagnostiquer une de ces situations qui peut conduire au remboursement par l’assurance maladie. Mais le plus souvent l’intervention n’est pas prise en charge.

fr_FRFrench
fr_FRFrench