« Je ne vais plus à la plage« 

« Je n’ose pas me mettre nue« 

« Mon ventre est détruit« 

Ces phrases entendues en consultation reflètent une situation anatomique complexe : l’hypertrophie graisseuse sous-cutanée (conséquence d’une grossesse, d’un manque d’activité physique et/ou d’un régime alimentaire hypercalorique, …), l’excès de peau abdominale (apparition secondaire par insuffisance de rétraction cutanée après grossesse ou amaigrissement, …) et des altérations de la paroi musculaire (relâchement, diastasis, …).

Je n'ai pas honte de le dire : mon ventre ne ressemblait plus à rien ! Je n'avais quasiment plus de rapports intimes avec mon mari, je n'allais jamais me baigner, j'étais très anxieuse à cause de mon ventre. Le chirurgien m'a bien expliqué les possibilités de réparation et aujourd'hui ma vie n'est plus la même ! Je revis !
Emilie P.
Mère au foyer

La classification commune des actes médicaux (CCAM) indique les critères de prise en charge : chirurgie réparatrice dans les dégradations majeures de la paroi abdominale antérieure avec tablier abdominal recouvrant partiellement le pubis, justifié par une photographie préopératoire. Après amaigrissement pour obésité morbide, dans les suites de la chirurgie bariatrique, en postopératoire ou en post-gravidique (après grossesse).

fr_FRFrench
fr_FRFrench